Convention Assurance OPA & CIAR

Dans le cadre des activités de l’opa, une convention cadrée a été signée entre l’OPA et la CIAR pour accompagnement et gestion des risques de ses membres.

Les Limites d’Une Solution par l’Assurance

On fait appel aux opérateurs pour s’assurer contre la recrudescence des calamités, mais les dispositifs de l’assurance des activités économiques en particulier , ne peuvent être qu’à l’image d’un secteur en particulier qui n’a pas évolué en termes de mécanismes. Les dispositifs ne peuvent pénétrer un horizon où toutes les activités sont menées dans l’incognito puisque sans aucune règle de gestion comptable. l’opérateur lui-même ignorant jusqu’à la surface de l’espace exploité. Cet horizon incertain et imprévisible est porteur d’une multitude de menaces pour l’opérateur qui ne peuvent être contenues par l’assureur.

En effet, des aléas climatiques aux attaques parasitaires, en passant pas l’incertitude en termes de rentabilité et le prix de vente qui dépendent d’un environnement opaque et hors de contrôle, sont autant de risques d’un contexte informel pour lesquels il ne peut exister aucun produit de l’assurance qui puisse tous couvrir les risques en particulier l’absence de visibilité commerciale à l’origine de l’essentiel des problèmes. Si l’assurance ne peut donc intervenir que très timidement avec des justificatifs administratifs  » arrachés par les cheveux », il ne faudra pas s’attendre à ce que les opérateurs se bousculeront  au portillon pour s’assurer, ni l’assureur prendre en charge tous les risques d’une activité qui ne répond à aucune règle de gestion. Ce n’est donc pas une carence d’un « fil d’Ariane » entre les deux parties (l’assureur et l’assuré) qui naviguent à vue, mais tout un contexte où l’informel et le formel sont inconciliables. 

Aussi, la dévaluation effrénée de la valeur du dinar fait que le prix des produits d’importation, en particulier les animaux, est exagéré (voir le cas des vaches laitières) à tel point qu’aucun organisme assureur ne peut prendre en charge. ce qui complique la situation pour la protection des biens dont la « valeur » est dopée par des situations conjoncturelles. l’assuré dans ce cas ne peut donc s’y  soumettre à une assurance qui ne peut couvrir l’essentiel des ses biens. L’opérateur ne peut adhérer à des dispositifs dans un contexte loin d’être rassurant pour lui.

La problématique de l’assurance ne peut donc être traitée singulièrement, mais dans un cadre globale du développement des secteurs économiques.

fr French
X