INVESTISSEMENTS DANS LE SECTEUR DE L’ÉNERGIE

Apicorp anticipe une reprise poussive en Algérie

La reprise des investissements en Algérie est tributaire de l’efficacité de la nouvelle loi sur les hydrocarbures à attirer les investissements.

Les investissements dans les énergies  ont  nettement  reculé, en 2020, dans la  région  Mena,  en  raison,  principalement,  des  politiques  de  resserrement budgétaire menées dans certains pays de la région, et de l’ajournement de plusieurs projets dans d’autres pays sous l’effet du choc pandémique  sur  leurs  économies,  conclut  Apicorp  (Arab  Petroleum Investments  Corporation), dans  un  rapport  sur  les  perspectives des investissements énergétiques dans la région Mena (2021-2025). 

En Algérie, l’État a dû ajourner à 2021 des dépenses de 3 milliards de dollars prévues dans le  secteur  de  l’énergie, en  raison  de  la  situation budgétaire tendue dans le pays et les  conséquences  de  la pandémie  de  Covid-19 sur l’économie.

L’espoir d’une reprise de la demande mondiale d’or noir cette année, sur fond d’accélération des campagnes de vaccination et des déconfinements, suscite chez  les  analystes d’Apicorp l’espoir  de  voir  rebondir  les  investissements énergétiques dans la région Mena (Moyen-Orient et Afrique du Nord). 

Apicorp anticipe ainsi une hausse de 6,4 milliards de dollars, à 133 milliards de dollars, des investissements énergétiques dans la région Mena en 2021. En Algérie, la perspective de reprise des investissements est ternie par un état des lieux budgétaire moins avantageux que dans d’autres pays exportateurs de pétrole de la région, estime l’Arab Petroleum Investments Corporation. 

Il  faudra  encore  attendre  pour  voir  repartir  l’investissement   dans  les hydrocarbures  en  Algérie, estime  Apicorp, qui  souligne  que  la  reprise  des investissements en Algérie est tributaire de l’efficacité de la nouvelle loi sur les hydrocarbures à attirer les investissements.

“ Cette  projection  de  hausse  des  investissements  énergétiques  est subordonnée à de nombreux scénarios hypothétiques, dont le succès de la nouvelle loi sur les hydrocarbures de l’Algérie dont l’objectif consiste à attirer les investissements nécessaires pour réorganiser son secteur”, lit-on dans le rapport d’Apicorp. 

“L’Algérie a une pléthore de projets en attente de la mise en œuvre des réformes législatives liés à la restructuration complète de son secteur énergétique et au cadrage des IDE nécessaires pour réalisation de ces projets”, soutient Apicorp. 

Une situation budgétaire tendue
Selon le même organisme, la nouvelle loi algérienne sur les hydrocarbures “doit encore prouver son efficacité pour attirer les IDE nécessaires à relancer l’amont pétrolier et gazier en difficulté”. 

De quoi jeter un froid sur  l’optimisme  officiel  ambiant  invoquant  une forte résilience du secteur des hydrocarbures face aux chocs externes et au déclin de l’investissement étranger. Lors d’une réunion tenue mercredi dernier, le gouvernement a indiqué que 21 décrets exécutifs relatifs à la nouvelle loi sur les hydrocarbures ont déjà été promulgués.

La rechute des cours du brut sur le marché mondial dès le début de 2020 et ses conséquences sur les positions  financières  internes  et  externes de l’Algérie n’a fait qu’aggraver le ralentissement  de  l’activité  dans le secteur des hydrocarbures.

Les dernières données en date, qui  remontent  au 1er trimestre de l’année dernière, ont levé le voile sur une baisse de 13,4% de la croissance dans le secteur des hydrocarbures. Apicorp estime  qu’avec  la  reprise  des prix du pétrole,  cette  année,  la  plupart  des  pays  du  CCG,  ainsi  que  l’Irak  et l’Algérie, “pourraient s’attendre à une stabilisation de leur solde budgétaire”. 

Cependant,  la  reprise  des  investissements  énergétiques  à  leurs  niveaux d’avant 2020 devrait prendre  plus  de  temps. “ Cela est dû principalement à la position budgétaire fragile des pays de la région, dont certains ont eu recours à des niveaux d’endettement élevés au fur  et  à  mesure  que leurs liquidités baissent.

Cela  est  valable pour Oman, l’Algérie et  le Koweït”,  lit-on dans les “Perspectives des investissements énergétiques dans la région Mena (2021-2025)” d’Apicorp. Ses analystes estiment que des pays  comme  l’Algérie et l’Irak “auront à mettre en œuvre des réformes structurelles pour  assurer un avenir économique durable”. 

Dans le même rapport, les économistes d’Apicorp soulignent que les pays de la région Mena, l’Algérie et le Koweït particulièrement, même s’ils sont encore réticents à emprunter la voie de la dette extérieure, “n’auront plus d’autres choix car leur situation budgétaire et la crise de liquidité devraient s’aggraver dans les années à venir”. 
 

Ali TITOUCHE

Source : https://www.liberte-algerie.com/economie/apicorp-anticipe-une-reprise-poussive-en-algerie-359473

Laisser un commentaire

fr French
X